Le désert de la Guajira

"

CABO DE LA VELA 8/10

PUNTA GALLINAS
7/10

L’essentiel en 3 jours 👌🏼 

Nous sommes partis pour 3 jours de roadtrip dans le 2e désert de Colombie : la Guajira, une région très pauvre au Nord Est du pays habitée par des indigènes nommés les Wayuu. 
Tout le monde nous en parlait depuis notre arrivée en Colombie comme étant un lieu incontournable à ne surtout pas rater. Nous avons longtemps hésité à nous y rendre étant donné le coût que cela impliquait et le temps limité que nous avions à notre disposition. 
On recommande pour des routards qui peuvent se contenter d’un confort spartiate, pas trop sensibles à la pauvreté et qui veulent profiter d’un endroit encore peu touristique et peu commun, ainsi que pour les fans de kitesurf. 
Cependant, nous ne le recommanderions pas comme l’immanquable de Colombie. Bien que le lieu soit exceptionnel, nous n’avons pas eu spécialement de coup de cœur pour cet endroit, mais cela reste un ressenti très personnel. 

Points négatifs

– 😔la pauvreté apparente 
Des enfants réclament de la nourriture ou de l’argent au bord de la route, c’est très frustrant de passer à côté d’eux en 4×4. Selon le chauffeur, vous aurez l’autorisation ou non de leur donner des choses (bonbons, biscuits, bouteille d’eau, etc) mais en pensant faire un geste généreux, on soutient indirectement la mendicité de ces enfants là et on pollue également car les déchets seront directement laissés dans la nature. Et il y a déjà beaucoup de déchets par manque d’éducation, de moyens et surtout ce n’est pas leur priorité. 

– 🏜 Le temps passé sur la route
Qu’on y reste 3 ou 4 jours, on passe la majeure partie de son temps dans les transports et particulièrement sur des routes impraticables. Sachez aussi qu’à la fin de cette excursion, vous serez fatigués et voudrez certainement vous reposer un peu.
N’oubliez pas de prévoir large au niveau des heures de trajet si vous avez des contraintes avant ou après le désert car il y a très très très souvent des 4×4 accidentés sur le chemin (si ce n’est pas le vôtre!) et on s’arrête pour les aider à repartir. Il faut prendre son mal en patience, et ne pas être pressé.

– 🚌Le tour obligatoire
A partir de Cabo, on est obligé de passer par un tour. D’abord parce qu’il est compliqué d’aller par soi-même aux points d’intérêts de chaque village, mais aussi parce que pour aller de Cabo à Punta Gallina, c’est tout simplement du désert. Il est donc impossible de jouer à Indiana Jones dans ces conditions car on pourrait simplement se perdre. Les habitants le savent et en ont fait leur business: le prix est donc élevé et cela implique aussi de suivre un planning organisé pour la journée (se lever à telle heure, visiter ce point de vue pendant 20 minutes puis aller vite au prochain…) C’est frustrant quand on a l’habitude de tout faire pas soi-même et de ne dépendre de personne.

 

 

Points positifs

– 😌la tranquillité des sites 
Le désert de la guajira reste encore peu visité par les touristes (mais cela le devient de plus en plus alors allez-y tant qu’il est encore temps !). C’est donc agréable de se sentir un peu seuls au monde et de pouvoir faire la connaissance des locaux plus facilement. On se sent également en sécurité dans le petit village de Cabo, on se balade le soir sans aucun soucis et ça fait du bien !

– 🌊le paysage à couper le souffle
On ne pourra pas lui enlever ça: le désert de la guajira est incroyablement beau, désert et mer se mélangent, les points de vues que nous avons visités sont tous très impressionnants et nous y avons vu nos plus beaux couchers de soleil de Colombie.
Attention quand même, le vent est très présent !!

– ❤️la gentillesse du peuple wayuu 
Les habitants de Cabo mais aussi ceux de notre petite auberge à Punta Gallina étaient tous très acceuillants et avenants. Très curieux, ils s’intéressent beaucoup à nous et nous à eux, ce qui donne des conversations très enrichissantes.

 

Cabo de la Vela

Pour aller à Cabo depuis Riohacha, vous devez passer par Uribia. Vous attendez qu’une voiture soit pleine pour partir. On a dû attendre 1h à Uribia.
Riohacha-Uribia: 15 000 COP 
Uribia – Cabo de la Vela: 20 000 COP
Tour depuis Cabo (visites + trajet jusqu’à Punta Gallinas) : 130 000 COP

Village dans le désert au bord de l’eau, Cabo est notre premier stop. On ressent immédiatement le fort vent qui y sévit, pour le plus grand plaisir des kitesurfeurs pour qui le spot est parfait pour pratiquer. 
On se croirait au Texas, sans eau ni électricité excepté entre 18h et 22h: on s’accommode de peu. 
À Cabo, tout le monde se connaît, on se fait vite ami avec le moindre vendeur de mangue ou le cuisinier du restaurant. On y mange comme toujours du poisson, patacones (bananes plantins), riz et petite salade pour 4€. 
On visite les points d’intérêts à savoir: une vue panoramique depuis une petite montagne, une plage, et le magnifique coucher de soleil depuis le phare.
C’est aussi notre première nuit en hamac. Le froid du vent et le niveau de confort ne nous a pas aidé à passer une nuit très agréable. De toutes façons, elle fut de courte durée car à 5h, nous partons pour notre second stop au point le plus à l’extrême nord de l’Amérique du Sud: Punta Gallinas !

 

Punta Gallinas

Hamac: 15 000 COP / Chinchorro : 25 000 COP /Chbre privée: 35 000 COP
Petit déj: 8 000 COP / Déjeuner: 15 000 COP / Diner: 15 000 COP

Pour y aller, nous sommes obligés de prendre un tour organisé. Nous parcourons 3h de désert pour arriver dans un hameau sans aucun magasin, aucune habitation aux alentours, simplement notre “hostel” qui consiste en quelques hamacs les uns à côté des autres et un espace cantine avec de grandes tables en bois et une télévision. Ici, pas d’eau douce, la douche se prend à l’eau salée ! Nous mangeons puis partons à la découverte des nouveaux points d’intérêts du lieu ainsi que la magnifique plage au pied d’une dune de sable telle la dune du Pilat en version immense. 
Nous déjeunons puis avons l’après-midi de libre. 
Nous assistons encore une fois à un merveilleux coucher de soleil puis nous passons notre dernière nuit cette fois-ci dans des chinchorros, des hamacs en laine version XXL vip (comme sur la photo)

Budget 3 jours/ 2 nuits dans le désert

BUDGET 100% PRIS EN CHARGE
500 000 COP (141€) pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête, vous avez la possibilité de prendre le pack tout inclus qu’on vous propose facilement (logement/transport/ bouffe).
Selon moi, c’est bien trop cher, vous pouvez vous en sortir pour bien moins sans beaucoup d’efforts, mais ça reste la manière la plus simple de faire le désert sans rien avoir à négocier plus tard.

BUDGET CONFORTABLE
350 000 COP (100€) tout compris en chambres privées (35 000 COP) ou chinchorros (hamac XXL 25 000 COP) et pour des repas bien garnis et avec boissons.  Avec tour (points d’intérêts et trajet Cabo + Punta gallinas et retour à Uribia): 130 000 COP

BUDGET BASIQUE 
281 000 COP (80€) tout compris en hamac et en mangeant au moins cher (15 000 COP un repas / 8 000 COP un petit déj) avec tour (points d’intérêts et trajet Cabo + Punta gallinas et retour à Uribia): 130 000 COP

BUDGET SERRE
235 000 COP (66€)

Pour faire encore plus d’économies, amenez votre propre petit dej, (voire déjeuner) et un bidon de 5L d’eau (cher sur place). Vous trouverez tout au grand supermarché Metro de Riohacha la veille de votre départ. Cependant, les courses du supermarché ne sont pas compris dans ce budget, donc à voir s’il y a une vraie économie à y faire sachant que ça fait du poids à porter et pas très pratique à préparer sur place… Je vous conseille d’économiser le petit déj qui n’est pas incroyable dans le désert (arepas et oeufs uniquement), et donc d’acheter au préalable pain/confiture/biscuits/fruits… pour économiser au moins sur ce repas. 

 

Pratique

PRENEZ 5 Litres d’eau / personne. L’eau sur place est très chère.

On est obligé d’emmener son gros backpack ?

Non, pas la peine de vous trimballer 3 jours avec vos gros sacs à dos. Les hostels proposent généralement de vous les garder pour à un prix dérisoire. 
(1000 COP le sac / jour)

Combien retirer d’argent pour 3 jours ?

J’ai retiré 400 000 COP pour être sûre d’avoir de quoi m’acheter des souvenirs sur place  en comptant un budget basique à 280 000 COP le séjour et j’étais vraiment large. 

Où acheter les fameux sacs Wayuu ?

– A Riohacha au Mercado Nuevo (prix plus bas qu’au bord de la plage et vous avez un très grand choix de sacs)
– A Cabo de la Vela, même prix mais moins de choix. 

 Comment aller à Uribia ? (1h30 de route – 15 000 COP)

Des 4×4 partagés partent tous les matins vers Uribia depuis la route principale (sur maps.me, “transporte to Uribia”). Partez tôt ! Les visites des points d’intérêts à Cabo sont possibles jusqu’à 14h30/15h grand max. Ensuite, c’est trop tard, vous devrez attendre le lendemain matin et ne pourrez donc pas enchaîner avec le trajet vers Punta Gallinas. Si vous avez le temps de rester un jour de plus, aucun soucis c’est même mieux pour ne pas courir, mais sinon ne traînez pas et partez dès 7h de Riohacha pour espérer arriver à Cabo vers 10h si tout roule, midi si vous avez des problèmes sur la route…

Que faire à Uribia ?
Uribia est un tout petit village en terre battue du début du désert, très pauvre et avec de nombreux déchets partout (sacs plastiques dans les arbres par exemple). 
Rien à y faire de particulier à part attendre que sa voiture soit pleine et fonctionnelle. 
Vous trouverez très vite une voiture pour vous emmener à Cabo, mais plus tôt vous arrivez, plus simple ça sera. Si vous êtes déjà 4, ça devrait aller vite sinon il faudra attendre que d’autres gens arrivent pour partir avec eux.  Le trajet Uribia- Cabo est d’environ 2h (si pas de panne…).